Sélectionner une page
  • COLLÈGE DE MONTRÉAL
  • 250E ANNIVERSAIRE
  • HISTORIQUE

Survol

Premier établissement d’enseignement secondaire à Montréal

Le Collège de Montréal ouvre ses portes en 1767

250 ans d’histoire

Fondé en 1767 par le Sulpicien Jean-Baptiste Curatteau de la Blaiserie, le Collège de Montréal s’installe dans le presbytère agrandi de la paroisse de Saint-François d’Assise de la Longue Pointe, à l’est de l’Île de Montréal, 125 ans après la fondation de Montréal et 100 ans avant la Confédération canadienne.
Après la conquête du Canada de 1759, les Sulpiciens canadiens n’ont plus le droit de faire venir des nouveaux membres, même si leurs biens n’ont pas été confisqués. C’est dans ce contexte que le Père Curatteau décide de fonder un petit séminaire pour encourager l’instruction de la jeunesse et, éventuellement, en diriger certains vers la prêtrise. Témoin important de notre passé collectif, Le Collège de Montréal fait, à ce titre, partie du patrimoine de la Nation québécoise.

L'annexe du presbytère de la Longue-Pointe (1767-1773)
Le Collège Saint-Raphaël, rue Saint-Paul (1773-1803)

À titre de directeur, Monsieur Curatteau dirige son établissement à Longue-Pointe pendant six ans. Or, son grand éloignement de la ville pour l’époque et l’étroitesse des lieux l’obligent à déménager la jeune institution au Château Vaudreuil, résidence de l’ancien Gouverneur Général de la Nouvelle-France, récemment mis en vente et acquis par la Fabrique paroissiale. Situé au sud de l’actuelle Place Jacques-Cartier, le Château Vaudreuil est malheureusement détruit par les flammes en juin 1803. Déjà plus de 130 élèves auxquels on enseigne les humanités latines, grecques et françaises fréquentent l’établissement qui porte alors le nom de Collège Saint-Raphaël.

Quelques trois ans plus tard, on assiste à un nouveau déménagement, cette fois, sur la rue du Collège (sur Saint-Paul à l’ouest de McGill). Le nouveau Collège portera désormais le nom officiel de Petit Séminaire et relèvera uniquement de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice. Durant la guerre de Sécession aux États-Unis, un navire anglais est arraisonné en haute mer par les nordistes. Suite à cet incident, l’Angleterre envoie des troupes au Canada. Les Sulpiciens offrent alors le vieux Collège de la rue Saint-Paul pour servir de caserne aux troupes. Ce bâtiment sera rasé en 1981-1982.

Le Petit Séminaire, rues Saint-Paul et McGill (1806-1861)
Le Collège de la rue Sherbrooke (de 1870 à aujourd’hui)

Comme il fallait trouver un gîte aux collégiens, dont près de 300 pensionnaires, il fut décidé de reloger le Collège au Grand Séminaire. En 1862, les élèves du Petit Séminaire ont donc dû, pour la quatrième fois, changer d’emplacement. Ils seront installés temporairement dans le corps principal du Grand Séminaire où ils utiliseront deux étages et la chapelle.
En 1870, l’architecte Henri-Maurice Perreault érige l’actuel bâtiment du Collège de Montréal en prolongement de l’édifice du Grand Séminaire de Montréal sur la rue Sherbrooke Ouest. Sur ce site, d’une grande richesse historique, fut fondée à l’époque de Marguerite Bourgeoys, en 1676, une mission indienne. De l’ancien fort subsistent deux tourelles en pierres des champs qui comptent parmi les plus anciennes constructions de Montréal.

Les cent-cinquante années suivantes verront de nombreux Anciens du Collège de Montréal jouer un rôle crucial dans l’épanouissement de la Nation québécoise et le rayonnement de la Ville de Montréal. Des milliers d’entre eux ont franchi un jour, les portes de l’établissement pour porter bien haut la gloire et l’étendard de leur noble Alma Mater.

Au tournant des années 1990 certains, parmi eux, ont repris le flambeau des mains des Sulpiciens et ont assumé la relève de son administration en créant une corporation à but non lucratif. Grâce à ce souffle nouveau, Le Collège de Montréal, qui compte maintenant près de 1 400 élèves, demeure l’une des maisons d’enseignement les plus prestigieuses en Amérique du Nord. Au cours de son histoire, Le Collège de Montréal a formé plus de 25 000 jeunes.